Les Garçons de l’été, Rebecca Lighieri

« Avec eux, je tremble, je frémis, je suis dans l‘adoration, et ce n’est pas un service à rendre aux enfants que de les adorer.” Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs surdoués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l’été sauvage de La Réunion. Mais l’été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu’elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu.

Au départ, j’ai acheté le roman grâce au bandeau “Du Stephen King à la française”. Surprenant comme bandeau, non ? Forcément, il a suscité mon intérêt.

Les cent premières pages du roman ont été compliquées. Je voyais mal où l’auteure voulait nous emmener. On suit Mylène Chastaing (mère de Thadée, Zachée et Ysé) partie rejoindre ses deux fils à La Réunion après que Thadée se soit fait manger la jambe par un requin lors d’une session de surf. Mylène est plus qu’agaçante. Elle considère ses fils comme les 8èmes merveilles du monde, elle critique constamment tout et tout le monde et ne peut s’empêcher de faire des remarques désobligeantes. Mais l’écriture de Rebecca Lighieri (aka Emmanuelle Bayamack-Tam) est addictive et on tourne les pages sans s’en rendre compte. Puis on passe au point de vue du père, Jérôme. Il nous raconte son quotidien et sa vie de famille pendant que Mylène et ses fils sont encore à La Réunion. Il est seul avec Ysé, sa fille de douze ans aux centres d’intérêt très éloignés des fillettes de son âge (les reptiles, les insectes, etc.). Ensuite, on virevolte entre les points de vue des fils, de la copine de Zachée, Cindy, et d’autres personnages. On comprend peu à peu que cette famille biarrote bourgeoise n’est pas aussi parfaite qu’elle le prétend. Chacun a ses vices et ses défauts qui salissent peu à peu l’image lisse des Chastaing. Et puis il y a le drame, finalement annoncé depuis plusieurs années, et la traque que mène Ysé seule, délaissée par le reste de sa famille.

Oui, vraiment, du Stephen King à la française et une psychologie des personnages très poussée ! Tout en subtilité, Rebecca Lighieri nous emmène dans les profondeurs les plus sombres d’une famille et nous rappelle qu’on ne connait jamais vraiment les gens. Un roman au génie glaçant où l’auteure n’hésite pas à malmener ses personnages (et son lectorat !) pour surprendre. Mais un bon roman est un roman qui suscite des émotions…

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
23 + 3 =