Le Cercle, à l’écran

Réalisateur : James Ponsoldt

Date de sortie : 2017

Acteurs principaux : Emma Watson, Tom Hanks

Le film a visiblement raté tous les sujets les plus importants qu’aborde le roman. Le livre décrit un monde surinformé où les écrans sont au cœur de la vie-même des gens, il décrit la mise en danger de la vie privée par l’importance grossissante des réseaux sociaux qui nous rendent toujours plus dépendants. Certes, par la transparence, Mae teste cette perpétuelle vie publique, mais le film décrit très mal le cercle infernal dans lequel elle s’engage quand elle entre au Cercle. Dans le roman, Mae a d’abord un écran d’ordinateur sur son bureau, et au fur et à mesure qu’elle devient ancienne dans l’entreprise, elle en a deux, puis trois, puis quatre, etc. Son attention doit être partout. Il en va de même pour les notes : dans le roman les notes sont très importantes puisque le travail de Mae est de répondre aux exigences des clients et d’être ensuite notée. Le roman montre que ce système de notation est omniprésent dans l’esprit des employés du Cercle quand le petit ami de Mae lui demande de noter sa performance sexuelle. Dans le film, la vie privée de Mae se résume à faire du canoë. Or, dans le roman, Mae a des rapports sexuels (élément le plus au cœur de la vie privée !) et elle n’en a plus dès lors qu’elle devient transparente.

De plus, le film montre une Mae avec un peu d’esprit critique par rapport à l’hégémonie grandissante du Cercle, alors que dans le roman, elle adhère complètement aux principes de l’entreprise sans les remettre en question. De même, dans le roman, il est longtemps question de la « complétude » sur laquelle travaille le gang des 40. Cet aspect important du Cercle, puisqu’il est censé « se refermer » une fois la complétude atteinte, n’est évoqué qu’une fois dans le film, par Annie. Seulement, ne l’aborder qu’une fois fait qu’il passe inaperçu et on ne nous explique pas de quoi il s’agit. L’élément « cheveu sur la soupe »…

Malgré le bon jeu des acteurs, le film ne passe pas car le message du livre n’est pas présent. Les aspects que j’ai le plus appréciés dans le roman, et qui terrifient le lecteur car ils montrent bien que l’on peut facilement tendre vers un monde où les droits de l’anonymat sont bafoués, ne sont pas assez bien rendus.

Spoiler

Pourquoi changer la fin de l’histoire ? Dans le film, Mae confond les créateurs du Cercle en rendant public toutes leurs informations personnelles, y compris leurs comptes secrets : eux-mêmes ne respectaient pas la ligne de conduite qu’ils dictaient à tous. La dernière scène montre que tout le monde est devenu transparent avec des caméras qui se sont multipliées partout sur la planète. Dans le roman, Ty (Kalden) confie à Mae sa volonté de détruire le Cercle. Mae en réfère aux deux fondateurs qui arrêtent Ty. Mae, donc, est « pro-cercle ». Le dernier chapitre est glaçant (et il aurait fait une fin parfaite pour le film !). Annie est plongée dans le coma et Mae ne trouve pas normal de ne pas avoir accès à ses pensées. On comprend alors que ce partage de données va beaucoup trop loin mais que l’on ne peut plus arrêter ce qui a été mis en marche. Encore une fois, pourquoi avoir changé une fin si parfaite ?

[collapse]

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
56 ⁄ 28 =