Lady Chatterley

L’Amant de Lady Chatterley, D. H. Lawrence

Epouse frustrée d’un mari infirme, Lady Constance Chatterley vit avec son garde-chasse une passion où le désir physique est indissociable de la complicité spirituelle. Bravant les interdits de leur milieu, les deux amants iront jusqu’au bout de leur défi et donneront naissance à un fils.

 

Publié en 1928 mais rapidement censuré, L’Amant de Lady Chatterley est considéré comme le Cinquante Nuances de Grey de l’époque, la qualité en plus (vous ne trouverez pas de chroniques de Cinquante Nuances de Grey sur ce site car la lecture a été tellement fade que 1. je n’ai rien trouvé à en dire d’intéressant, 2. rarement un livre m’avait paru aussi dépourvu d’intérêt pour refuser de lire la suite). 

Largement décrié, le roman du britannique D. H. Lawrence a d’abord été publié à Florence à compte d’auteur en 1928 mais n’a été admis dans les librairies anglaises qu’après 1960 (l’auteur est décédé en 1930) après un procès de la maison d’édition Penguin Books pour publication obscène. Les scènes largement érotiques que d’aucuns ont estimé pornographiques ont été cause de cette mise à l’index durant trois décennies.

 

L’histoire en elle-même n’a pourtant rien de scandaleuse. Constance Chatterley est mariée à Clifford, un riche terrien qui revient infirme et impuissant de la Première Guerre Mondiale. Constance est jeune et Clifford, compréhensif. Constance, en jeune femme libérée, prend un premier amant, puis un deuxième. Elle entretient une relation bouleversante avec Mellors, le garde-chasse du domaine dont elle finit par avoir un enfant. Dans un même temps, D. H. Lawrence décrit une Angleterre industrialisée et triste où le paysage se couvre davantage de mines que de forêts. De longs passages décrivent ses campagnes houillères en opposition au reste de nature qu’ils subliment de lumière et de beauté. Pourtant, même si ces descriptions sont intéressantes, elles restent mineures et au second plan d’une histoire beaucoup plus sulfureuse. 

 

Ce qui a choqué à l’époque, c’est le langage cru des descriptions des scènes érotiques. Les femmes de l’époque tentaient de se procurer L’Amant de Lady Chatterley pour mieux comprendre les choses de l’amour qu’on n’apprenait pas à des jeunes filles. Le point de vue pris par l’auteur est étonnant : j’ai trouvé ce roman très centré sur le plaisir féminin contrairement à ce que l’on pourrait penser pour un auteur britannique du début du XXème siècle. Parfois je me suis demandé s’il n’avait pas été écrit par une femme, tant l’étude des sentiments et des sensations me semblait réaliste et bien analysée.

J’ai trouvé quelques longueurs, notamment quand Constance prépare son voyage en Italie. Certains passages auraient sans doute mérité d’être abrégés mais ils n’enlèvent rien au côté précurseur d’un roman pareil.

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
8 × 10 =