Harry Potter et les Reliques de la Mort, J. K. Rowling

Cette année, Harry a dix-sept ans et ne retourne pas à Poudlard. Avec Ron et Hermione, il se consacre à la dernière mission confiée par Dumbledore. Mais le Seigneur des Ténèbres règne en maître. Traqués, les trois fidèles amis sont contraints à la clandestinité. D’épreuves en révélations, le courage, les choix et les sacrifices de Harry seront déterminants dans la lutte contre les forces du Mal.

Dernier livre de la saga. Dernier volume d’une aventure longue de dix ans pour J. R. Rowling (1997 – 2007). Le Bien, le Mal, la Magie et l’Amitié sont les thèmes centraux de ces sept romans qui ont gagné le cœur de millions de lecteurs à travers le monde. 

Mais revenons à l’histoire. Alors que le sixième opus nous plongeait dans la jeunesse de Tom Jedusor, ce dernier livre nous fait découvrir un personnage tout aussi central de l’histoire dont on se rend compte, au fur et à mesure qu’on avance dans notre lecture, qu’on ne sait presque rien. J’ai nommé Dumbledore. Il est l’un des plus grands mages de son temps et pourtant on ne le connaît qu’en tant que directeur de Poudlard. Ce septième livre développe un personnage bien plus sombre avec des secrets et avide de pouvoir. Entre également en scène Grindelwald (permettant ainsi de créer un personnage sur qui on veut en savoir plus et d’introduire Les Animaux Fantastiques). Je ne vais pas tout vous détailler ici, ça serait vous gâcher la lecture. Mais le Dumbledore présenté dans les premiers livres et dans les films comme le “Mage Blanc” de la saga n’est pas si blanc que ça. 

Dans ce livre, pour la première fois, Harry, Ron et Hermione ne sont pas à Poudlard. Pour les nostalgiques du château, la lecture a peut-être dû être éprouvante. Pour moi, ça a été un régal. On voit enfin nos trois ados devenir de vrais adultes et se débrouiller dans un monde bancal en proie à la guerre civile magique. J’ai eu l’impression que toutes les épreuves qu’ils avaient traversées avant n’avaient eu pour objectif que de leur permettre de survivre à cette grande aventure et à ce chaos dans lequel ils avancent. Tandis que les sbires de Voldemort les recherchent activement, nos trois héros se lancent à la recherche des Horcruxes manquant dont la destruction leur permettra de vaincre définitivement le Seigneur des Ténèbres. 

Sur le chemin de leur quête, ils rencontrent de nombreux personnages et parcourent d’innombrables lieux (le château des Malefoy, Godrics’s Hollow, la maison des Lovegood, etc.) et on sent que J. K. Rowling s’est fait plaisir pour clôturer l’épopée : l’univers magique qu’elle a inventé n’a jamais été autant décrit ! 

Les thèmes abordés ne sont pas nouveaux pour l’autrice, mais exacerbés. On y retrouve l’inquiétude, avec Ron qui ne lâche pas la radio pour savoir si sa famille fait partie des pertes magiques à déplorer, l’amitié, d’abord mise à mal puis forcément triomphante, l’amour d’autant plus puissant que c’est peut-être la fin du monde (oui oui, sans exagérer !), la magie démultipliée par la cause à défendre, etc. 

J’ai beaucoup aimé ce dernier tome qui change des autres. Il est agréable de voir que J. K. Rowling s’est un peu mise en danger pour finir sa saga : elle est sortie de sa zone de confort au risque de perdre une partie de son lectorat. Mais ce changement de style va, selon moi, de pair avec l’évolution de l’histoire : Voldemort ne menace pas seulement Harry et Poudlard, il menace l’ensemble du monde magique.

 

Film réalisé à partir du roman : (cliquez sur l’affiche)

Envie d'en parler ? 👇

Laisser un commentaire

Résoudre : *
18 × 25 =