forte tête

Forte tête, Edith Ayrton Zangwill

Dans le Londres de 1909, Ursula Winfield est ce qu’on appelle une “forte tête”. Là où toutes les autres filles de la bonne société courent les régates et les afternoon tea, cette belle et brillante jeune femme passe ses journées à multiplier les expériences dans son laboratoire, avec l’espoir d’intégrer un jour la Société de chimie. 

Et rien ne peut la détourner de sa mission, ni les conventions sociales ni son amour balbutiant pour le beau Tony Balestier. Jusqu’au jour où la voilà entraînée, bien malgré elle, dans le combat des suffragettes, ces terribles “viragos” qui mettent Londres sans dessus dessous afin d’obtenir le droit de vote…

 

 

Alors que je venais de finir Madame Einstein de Marie Benedict, Babelio et les éditions Belfond, que je remercie, ont proposé de m’envoyer Forte Tête. J’ai immédiatement fait un rapprochement avec le destin de Mileva Maric puisque l’héroïne de ce nouveau roman, Ursula Winfield, est une jeune femme piquée de sciences qui rêve d’intégrer la Société britannique de chimie, au début du XXème siècle. Le synopsis présente également l’histoire sur fond de suffragettes et de droit de vote des femmes.

 Je suis alors entrée confiante dans ce roman et pleine d’espoir de retrouver l’ambiance que j’avais tant aimée dans Madame Einstein. Quelle ne fut pas ma déception ! De suffragettes et de sciences, il y a peu. Quant aux épanchements amoureux et aux dérives sentimentales, il y en a trop ! Ursula rencontre le professeur Smee avec lequel elle se lie d’amitié. Le professeur tombe amoureux d’elle mais sa femme Charlotte, jalouse, pense qu’il s’est pris d’affection pour la mère d’Ursula, Madame Hibbert, une femme dynamique dans la force de l’âge.

Les intrigues et descriptions amoureuses sont trop longues, ennuyeuses et dénuées d’intérêt. Je n’ai encore pas réussi à trouver un roman réussi qui parle du mouvement des suffragettes. J’avais acheté, il y a quelques années, Dernier été à Mayfair, qui s’était, lui aussi, avéré être lent et pas assez centré sur le sujet.

Je pensais pourtant que Forte Tête donnerait le change car le roman écrit par Edith Ayrton Zangwill a été publié en 1924. J’imaginais donc qu’ayant été écrit par une femme à l’époque même où l’intrigue se passe, j’allais être plongée dans cette atmosphère de manifestations et que je serais emportée par ce souffle libérateur féminin. Arrivée à la page 150, j’ai constaté que je commençais à sauter des passages, puis des pages entières de descriptions où Charlotte expose sa jalousie et où le Professeur Smee rêve d’Ursula. J’ai donc décidé de m’arrêter. En lisant d’autres chroniques, j’ai cru comprendre que l’histoire emmenait vraiment Ursula sur le front de la cause, mais malheureusement, ce n’est pas arrivé assez rapidement pour moi.

Pourtant, j’ai adoré les passages où Ursula est seule dans son laboratoire à faire ses recherches et à angoisser pour sa présentation à la Société de chimie. On apprend peu à peu à la connaître et à admirer sa volonté de faire valoir sa passion dans un monde d’hommes. Des passages trop peu nombreux, malheureusement !

Un point très positif tout de même : l’écriture de l’autrice. Le style est vif et très moderne. C’est agréable à lire et les touches d’humour sont les bienvenues ! Je pense que je réessaierai de lire ce roman un peu plus tard. Il nous arrive à tous de commencer un livre à un mauvais moment, de l’abandonner puis finalement de le reprendre et de l’adorer. Alors, on ne sait jamais pour celui-ci. Car malgré tout, il semble avoir une vraie profondeur et un réel intérêt que je n’ai peut-être simplement pas réussi à saisir lors de ma lecture.

Dernier point : la première de couverture. Je trouve le fond rose très “girly” et presque de mauvais goût à une époque où l’on essaie de casser les stéréotypes de genre… Maladroit pour un roman qui prétend parler de l’émancipation de la femme. 

J’espère toutefois que certaines et certains lecteurs trouveront ce roman à leur goût, car l’idée de rééditer et de traduire un roman du début du siècle est bonne et devrait être suivie par d’autres éditeurs. 

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =