Nicolas Mathieu

Nicolas Mathieu est né en 1978 à Epinal, dans les Vosges. Il est aujourd’hui l’auteur de deux romans : Aux animaux la guerre publié en 2014 et Leurs enfants après eux qui a reçu le prix Goncourt 2018.

Nicolas Mathieu grandit loin des grands centres, près d’Epinal, dans une famille entre classe populaire et classe moyenne qui nourrit ses romans. Son père était électro-mécanicien, sa mère comptable. A son adolescence ils choisissent de l’inscrire dans le privé et un sentiment de « déclassement » commence très vite à le travailler. Il explique : « à l’époque ce n’était évidemment pas le mot que je mettais là-dessus. Depuis j’ai lu Bourdieu et surtout Annie Ernaux. Mais je sentais bien qu’il y avait des mecs mieux habillés, qui portaient de meilleures baskets, qui revenaient bronzés après les vacances de février… et comme par hasard c’était ceux qui chopaient les meilleures meufs. »

L’envie de fuir germe rapidement, de s’arracher à cette région, à cette ville qui lui paraît étriquée et où il s’ennuie, de rompre avec son milieu social, de ne pas reproduire la trajectoire de ses parents. Bac littéraire, licence d’histoire à Nancy, maîtrise de cinéma à Metz, licence d’histoire de l’art à la Sorbonne, le jeune homme parvient jusqu’à Paris avec l’idée de devenir journaliste, critique de cinéma et écrivain.  Le résultat est qu’il « rame » longtemps, petits boulots dans une « boîte d’audiovisuel », séjour à Bristol pour apprendre l’anglais, travail précaire sur quelques projets de cinéma. Jusqu’au moment où il est embauché par une société spécialisée dans le reporting et se retrouve, entre 2005 et 2008, à faire le greffier de réunions de comités d’entreprises dans des contextes difficiles, liquidations ou plans sociaux.  Ce job l’occupe trois semaines sur quatre. La quatrième, il écrit son livre : Aux animaux la guerre. Le roman bénéficie d’une forte réception critique, se vend bien, fait l’objet d’une réédition en poche et d’une adaptation pour la télévision. Nicolas Mathieu travaille sur le scénario avec le réalisateur Alain Tasma. Six épisodes d’une heure qu’on verra en novembre sur France 3.

Le chemin n’a pas été facile pour autant : il faut à la fois gérer l’écriture de ce premier roman, un nouveau job très prenant à la direction de la com de la mairie de Paris et l’arrivée d’un bébé. « J’étais stressé, je me levais à 5 heures du matin pour écrire deux heures, avant d’aller bosser. » Le résultat est un burn out, et bientôt le retour à Nancy et à un travail à temps partiel, pour donner de l’espace à l’écriture d’un autre livre. « J’avais l’impression de ne pas en avoir fini avec deux personnages d’adolescents de mon premier livre, ils continuaient de me travailler. »

L’auteur revient ainsi sur l’adolescence et sur l’histoire industrielle de sa région d’origine dont il dit vouloir transmettre l’héritage.

Sources de l’article :

https://www.telerama.fr/livre/le-baume-litteraire-de-nicolas-mathieu,n5837621.php

Je partage !