The Handmaid’s Tale (La Servante Ecarlate), à l’écran

Réalisation : Bruce Miller

Date de sortie : 2017

Acteurs principaux : Elisabeth Moss, Yvonne Strahovski, Joseph Fiennes

 

Si vous deviez choisir entre le roman et la série, je vous conseille la série, beaucoup plus didactique. On a droit à une présentation des personnages, une intrigue compréhensible, une introspection sur les sentiments de chacun et sur la façon dont ils vivent dans la république de Gilead. Bien sûr, la série développe des éléments qui ne sont pas écrits dans le livre car le format de 10 épisodes doit avoir des choses à raconter. Mais les ajouts sont cohérents et pertinents. 

L’atmosphère est glaçante et malsaine, âmes sensibles s’abstenir. Tout est “glauque”, sombre, ralenti. Chacun se méfie des autres car les “Yeux”, espions de la république, sont partout et guettent le moindre écart de conduite pour le punir. 

L’histoire ne diffère pas du roman : Defred est une servante écarlate, c’est-à-dire qu’elle doit tomber enceinte de son Commandant, l’un des leaders de la république, puis laisser l’enfant à sa femme, Serena. Elle est une mère porteuse à son corps défendant et subit des viols “légaux” une fois par mois, lors de la Cérémonie, au moment où sa fécondité est la plus optimale. Pour instaurer ce rituel, les leaders de Gilead se sont appuyés sur un passage biblique : la femme de Jacob ne pouvant pas avoir d’enfant, elle dit à sa servante Bilha de coucher avec son mari, et une fois l’enfant né, elle le récupère comme étant le sien. 

La république de Gilead a instauré une société très puritaine dont la religion et l’obéissance aux textes sont les bases les plus solides du régime. 

 

La Servante écarlate a remporté de nombreuses récompenses aux Emmy Awards et aux Golden Globes. La série a reçu un excellent accueil de la part du public et fait aujourd’hui office de référence lorsqu’il s’agit de parler des droits de la femme. Ce succès est sans aucun doute dû au réalisme de l’histoire, aux talents incroyables des acteurs et à la mise en scène dépouillée d’artifice mais honnête avec le spectateur : la république de Gilead est un enfer qui s’est installé progressivement et presque démocratiquement pour des raisons de sécurité d’Etat et plus personne ne peut en sortir.

 

Aujourd’hui, le costume des servantes écarlates est réutilisé et fait office de référence dans les manifestations pour les droits des femmes. Ici, des femmes manifestent pour revendiquer un avortement légal et gratuit en Argentine.

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
17 − 14 =