L’Italienne qui ne voulait pas fêter Noël, Jérémie Lefebvre

Francesca a quitté Palerme pour étudier la littérature à la Sorbonne. Suite à un défi amoureux, elle relève le pari d’annoncer à sa famille qu’elle ne réveillonnera pas avec eux : en quoi cela poserait-il problème dans sa famille athée, de gauche, respectueuse de la liberté de chacun ? Mais c’était oublier l’importance de Noël dans la Péninsule…

Comme au début d’un film d’horreur, Francesca débarque à Palerme sans se douter un instant des catastrophes qui s’apprêtent à déferler sur elle. Sa mère, son père, son frère et sa sœur vont, tout en prétendant accepter ses choix, s’employer à la faire changer d’avis, et recourir aux moyens les plus loufoques et les moins loyaux… Cette plongée cocasse dans une famille sicilienne d’aujourd’hui ne serait-elle pas aussi une exploration de nos propres névroses, de notre rapport à la tradition, à l’appartenance – et à la gastronomie ?

 

Je tiens tout d’abord à remercier Babelio et les éditions Buchet/Chastel pour m’avoir envoyé ce livre qui a été un régal !
Jérémie Lefebvre nous plonge d’emblée dans une ambiance sympathique. Son personnage principal, une Sicilienne du nom de Francesca, thésarde de littérature à la Sorbonne, ne peut s’empêcher de commenter chaque petit instant quotidien d’un ton acerbe et politiquement incorrect. L’histoire, qui peut paraitre lente et sans substance au premier abord, gagne finalement notre sympathique : Francesca fait le pari avec un ami qu’elle ne passera pas Noël en compagnie sa famille, alors même qu’elle retourne à Palerme pour les fêtes de fin d’année. La raison de ce défi ? Une discussion où Francesca veut prouver à son ami Serguei que les Italiens et leur sens de la famille ne sont que des clichés.
Francesca rentre donc à Palerme et explique à ses parents et à sa sœur qu’elle ne veut pas passer Noël avec eux, sans aucune raison.
Jérémie Lefebvre a le talent d’un bon auteur car son récit est rythmé, l’humour dont il pimente son histoire est toujours égal et les caractères qu’il décrit sont attachants.
Avant d’être un livre sur Noël et l’esprit de famille, ce roman est drôle et tourne en dérision nos vies de tous les jours. Si vous ne savez pas quoi offrir pour Noël, L’Italienne qui ne voulait pas fêter Noël sera un très bon choix, à la hauteur des meilleurs Gilles Legardinier.

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
21 × 3 =