Orgueil et Préjugés, Jane Austen

Mr et Mrs Bennett ont cinq filles à marier. À l’arrivée d’un nouveau et riche voisin, la famille espère que l’une d’entre elles pourra lui plaire… Au-delà des aventures sentimentales des cinq filles Bennett, Jane Austen dépeint les rigidités de la société anglaise au tournant du XIXe siècle. Le comportement et les réflexions d’Elizabeth Bennett, son personnage principal, révèlent les problèmes auxquels sont confrontées les femmes de la gentry campagnarde pour s’assurer sécurité financière et statut social : la solution passe en effet par le mariage.
Drôle et romanesque, ce chef-d’oeuvre de Jane Austen continue à jouir d’une vive popularité et a donné lieu à de nombreuses adaptations.

 

 

Orgueil et Préjugés est sans doute l’un des romans anglais les plus connus au monde. L’autrice anglaise du début du XIXème siècle, Jane Austen, ne se doutait certainement pas de l’engouement que son œuvre créerait, autant auprès des jeunes lectrices que des plus âgées. Orgueil et Préjugés est certes une histoire romantique mais c’est également une analyse sociale. À travers des personnages étudiés finement, Jane Austen nous livre les stéréotypes les plus crus d’une société qu’elle raconte avec un œil critique.

Les deux personnages principaux, Elizabeth Bennett et Fitzwilliam Darcy, sont imbus d’eux-mêmes et jugent les autres rapidement (orgueil… et préjugés…). Elizabeth est une jeune femme sarcastique à l’esprit vif et aiguisé tandis que Darcy, mystérieux, est silencieux et hautain. Son silence est souvent associé à du mépris par les autres personnages et sans sa fortune, de telles manières l’auraient déjà mis au ban de cette société anglaise guindée. Au cours du roman, Elizabeth et Darcy se croisent quelquefois  et leurs rencontres sont désastreuses. Le propre des romans de Jane Austen est que les personnages principaux se parlent peu, sinon vers la fin du roman (comme dans Raison et Sentiments). Les nombreux quiproquos sont créés par les personnages secondaires et les rumeurs qu’ils véhiculent. Encore une fois, cette façon de faire est représentative de la société du début du XIXème siècle : une réputation peut être détruite ou faite par une personne bien placée qui décide de parler en bien ou mal de quelqu’un. Orgueil et Préjugés recrée cette ambiance de « on dit » avec succès et y fonde toute l’intrigue du roman.

On peut presque s’imaginer Jane Austen sous les traits de son Elizabeth. L’écriture du roman grouille d’ironie tandis qu’Elizabeth analyse chaque situation avec du recul et un humour piquant. Madame Bennett, notamment, est l’un des personnages les plus mis à mal par cette ironie quand son mari « joue avec ses nerfs » comme elle aime à s’en plaindre. Pour comprendre le second degré que Jane Austen distille dans ses romans, il faut lire ses œuvres avec détachement, ne pas se focaliser sur l’histoire principale et être réceptif à son écriture.

 

Série réalisée à partir du livre : (cliquez sur l’affiche)

Film réalisé à partir du livre : (cliquez sur l’affiche)

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
52 ⁄ 26 =