Madame Einstein

Madame Einstein, Marie Benedict

Albert Einstein n’est qu’un étudiant farfelu quand Mileva Maric, brillante Serbe désireuse de vivre de sa passion pour la science, le rencontre sur les bancs de l’université de Zurich, en 1896. Unis par la même ferveur intellectuelle, les deux époux traversent les péripéties de l’amour – grossesse illégitime, mariage en catastrophe, perte d’un enfant – tout en élaborant ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ?

 

Madame Einstein revient sur le destin aussi oublié que bafoué de Mileva Maric, première épouse du célèbre Albert Einstein. Derrière la figure du grand physicien, deux fois prix Nobel et professeur de l’Université de Princeton, se cache la scientifique Mileva Maric. Cette biographie romancée explique la complexité d’un destin de femme à l’orée du XXème siècle. Tout particulièrement d’une jeune femme serbe qui souhaite faire des études de physique. La Serbie, alors province de l’Empire austro-hongrois et qui cherche à obtenir son indépendance, demeure un pays reculé aux idées patriarcales. Les femmes sont bonnes à rester au foyer et à s’occuper des enfants. Dès son plus jeune âge, l’infirmité de Mileva (une claudication qu’elle subit toute sa vie) et son intelligence incitent ses parents à envisager un autre avenir que celui des jeunes filles dites normales. Son père la pousse vers la science et c’est avec passion que Mileva étudie la physique et les mathématiques. Cette vocation la mène à l’école polytechnique de Zurich où elle est la seule femme à suivre ce cursus. C’est là-bas qu’elle rencontre Albert Einstein. D’abord hostile à l’idée d’entretenir une relation qui pourrait mettre à mal ses projets universitaires et professionnels (devenir professeur), Mileva finit par se laisser tomber dans les bras du jeune physicien bohème. Toutefois, elle prend peu à peu conscience que son épanouissement sentimental l’empêchera de se réaliser professionnellement. 

La vie de Mileva montre à quel point c’était toujours les femmes qui devaient faire les choix. Avoir un mari était synonyme de perte d’indépendance. Avoir un enfant clouait davantage la femme au foyer familial. Madame Einstein pâtit de cette situation et qui n’a commencé à changer qu’après la Seconde Guerre Mondiale. 

Cependant, elle aurait peut-être réussi à se réaliser si elle avait épousé un autre homme qu’Einstein. Dépeint dans le roman comme un être égoïste et solitaire, Albert s’est approprié les découvertes qu’il avait menées de front avec Mileva, l’écartant complètement des grandes avancées scientifiques qui lui sont attribuées. Ce n’est que récemment, depuis qu’on a retrouvé leur correspondance, que des doutes ont émergé pour reconsidérer la place de Mileva dans l’élaboration des théories d’Einstein. Marie Benedict prend le parti selon lequel Mileva serait à l’origine de la théorie de la relativité restreinte, celle pour laquelle Einstein a reçu un prix Nobel en 1905. La prise de position de l’autrice est féministe et défend une hypothèse possible étant donné que nous ne savons pas ce qu’il en retourne véritablement. 

J’ai adoré Madame Einstein. Mileva est un personnage fort au caractère de feu. Albert est un superbe anti-héros. Il nous apparait d’abord ridicule avec ses idées bohèmes puis de plus en plus antipathique au fur et à mesure que sa relation avec Mileva se poursuit. L’écriture, enfin, est addictive. Une belle histoire, des personnages charismatiques et une belle plume : la recette parfaite pour un roman vite dévoré !

Je partage !

Laisser un commentaire

Résoudre : *
10 + 24 =