Culottées, T.2, Pénélope Bagieu

Gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, rappeuse afghane, journaliste d’investigation ou reine des bandits… Les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés. Quinze portraits drôles et sensibles de femmes qui ont inventé leur destin.

 

Cette chronique sera relativement courte étant donné que les deux tomes sont assez similaires et que la chronique du premier tome peut s’appliquer au deuxième.

Ce deuxième tome m’a paru légèrement plus abouti, plus documenté et plus engagé. Il n’a pas grand chose à envier au premier tome mais j’ai trouvé la prise de position plus déterminée. Pénélope Bagieu ne nous offre pas seulement des biographies bien sérieuses, elle souhaite mettre en avant l’avant-gardisme de ces femmes incomprises et méprisées en leur temps pour leurs idées et leur intelligence. 

La véritable plus-value des Culottées, c’est que ces deux ouvrages nous font découvrir des destins de femmes oubliées par le temps ou mis volontairement en retrait par la société. Rendre hommage à ces inventrices, artistes, militantes, scientifiques de l’ombre, voilà ce dont nous avons besoin. 

J’ai tout particulièrement aimé les pages réservées à Frances Glessner Lee… Culottée !

Envie d'en parler ? 👇

Laisser un commentaire

Résoudre : *
11 × 20 =